"J'ai besoin de vivre dans la vérité": Charlotte Arnould, qui accuse Gérard Depardieu de viol, s'exprime pour la première fois

·3 min de lecture
L'acteur Gérard Depardieu au festival de cinéma de Venise, le 5 septembre 2017 - Tiziana FABI © 2019 AFP
L'acteur Gérard Depardieu au festival de cinéma de Venise, le 5 septembre 2017 - Tiziana FABI © 2019 AFP

876450610001_6287274764001

Jeudi, un an pile après la mise en examen de Gérard Depardieu pour "viols" et "agressions sexuelles", l'actrice Charlotte Arnould a révélé sur Twitter être "la victime" de l'acteur.

"Aujourd'hui, j'ai besoin de vivre dans la vérité. Je vis cachée et dans le silence. Ce n'est plus supportable. J'ai besoin de m'exprimer. J'ai été violée par Gérard Depardieu en août 2018. Cela fait un an qu'il est mis en examen. Il travaille pendant que je passe mon temps à survivre", a-t-elle écrit dans un message posté sur le réseau social.

La comédienne y explique que sa vie lui "échappe depuis trois ans" et qu'elle souhaite "vivre sans [se] renier". Elle dit craindre que sa prise de parole devienne "une secousse immense dans [sa] vie" et assure qu'elle "n'y gagne strictement rien si ce n'est l'espoir de récupérer [son] intégrité".

"J'aurais peut-être dû attendre, passer par un média, faire ça 'dans l'ordre', faire ça 'bien', mais continuer à me taire, c'est m'enterrer vivante", a-t-elle conclu.

Plusieurs agressions sexuelles

C'est en août 2018 que Charlotte Arnould affirme avoir subi plusieurs agressions sexuelles, selon des sources concordantes à BFMTV. Après avoir croisé Gérard Depardieu dans la rue, dans le 6e arrondissement de Paris, ce dernier l'invite à lui rendre visite chez lui pour la conseiller sur sa carrière. Les deux se connaissent, l'acteur ayant était très ami avec le père de la comédienne.

Le 7 août, dans l'hôtel particulier du comédien, il lui fait des remarques sur son physique avant de l'agresser sexuellement, lui imposant une pénétration digitale, selon le récit de la plaignante. Toute la scène est captée par les caméras de vidéosurveillance dont Gérard Depardieu a équipé son salon.

Quelques instants après, il propose à Charlotte Arnould de lui montrer son jardin. Il faut cependant passer par sa chambre à coucher où, toujours selon son elle, il l'agresse à nouveau. Elle quitte alors les lieux. L'actrice subit une autre agression sexuelle le 13 août, au moment où elle se rend chez lui pour avoir une explication.

Depardieu conteste les faits

La jeune femme a porté plainte le 28 août 2018 pour "viol", dans une brigade de gendarmerie des Bouches-du-Rhône. Au cours de l'enquête, confiée au 3e district de la police judiciaire de Paris, elle est entendue, de même que Gérard Depardieu. Les images de vidéosurveillance sont exploitées et leurs nombreux échanges SMS aussi.

Le 4 juin 2019, le parquet de Paris a décidé de classer l'enquête sans suite, estimant que les faits ne sont pas caractérisés. Mais en août 2020, Charlotte Arnould a déposé plainte avec constitution de partie civile, entraînant automatiquement la nomination d'un juge d'instruction.

Gérard Depardieu, entendu plusieurs fois dans ce dossier, a toujours contesté les faits de viols, affirmant que les relations qu'il a eues avec la plaignante étaient consenties. L'acteur parle notamment de "caresses consenties". Selon nos informations, il a déposé une requête visant à faire annuler sa mise en examen. Celle-ci doit être examinée par la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Paris.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles