"J'ai baissé ma capuche, ça pissait le sang de partout" : une étudiante raconte son matraquage par un CRS à Lille

Valentine Pasquesoone

"Je me suis pris trois coups de matraque télescopique, selon les 'street medics' : un à l'arrière du crâne, un sur le poignet et un sur l'omoplate." Au lendemain de la manifestation contre la réforme des retraites du 9 janvier à Lille (Nord), Marie panse ses plaies. Cette étudiante de 19 ans en journalisme de l'Académie ESJ de Lille raconte avoir été frappée à trois reprises par un CRS alors qu'elle prenait des photos dans le cortège.


Comme lors des dernières manifestations, celle qui veut devenir photoreporter s'est glissée dans le cortège avec son appareil, pour "se faire la main". Mais vers 15h30, au niveau de la Grand-Place de Lille, dans une rue perpendiculaire à la rue Nationale, des black blocs entrent dans la danse. "Ils ont envoyé un feu d'artifice, d'autres projectiles vers les forces de l'ordre. Les CRS ont alors répondu par du gaz lacrymogène. En tout, ça a duré à peu près quinze minutes. Ça ne bougeait pas trop, les black blocs essayaient d'avancer vers les (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi