"J'ai été cocufié" par Gérald Darmanin : cet ancien candidat à la présidentielle ne mâche pas ses mots

·1 min de lecture

Le débat entre Marine Le Pen et Gérald Darmanin en a fait réagir plus d'un. Ce jeudi 11 février, la présidente du Rassemblement national et le ministre de l'Intérieur ont échangé autour de l'islam et du séparatisme, dans l'émission Vous avez la parole diffusée sur France 2. Au cours de cette discussion, le premier flic de France s'est ainsi adressé à son interlocutrice : "Je trouve que, en effet, vous êtes plus molle que nous pouvons l'être." Et d'insister, quelques minutes plus tard : "Je la sens un peu branlante, un peu molle sur les questions." Face à ces déclarations, un ancien candidat à l'élection présidentielle de 2017 n'a pas caché son étonnement.

Invité sur franceinfo ce vendredi 12 février, Benoît Hamon est revenu sur le soutien qu'il avait témoigné à Emmanuel Macron, il y a près de quatre ans : "Un soir d'avril 2017 j'ai appelé sans hésiter une seconde à voter Emmanuel Macron pour empêcher Marine Le Pen de diriger ce pays. J'ai quatre ans plus tard un ministre de l'Intérieur qui vient dire à Marine Le Pen 'je regrette que vous soyez plus molle que moi et Emmanuel Macron.'" Et de déplorer : "Je ne regrette pas d'avoir fait barrage à l'extrême droite, mais comme beaucoup d'autres j'ai été volé, cocufié en direct par un ministre de l'Intérieur qui dit cela."

Pour Benoît Hamon, les conséquences de cet échange seront lourdes. "Un ministre de l'Intérieur, d'un pouvoir dit libéral sur le plan politique dont le président de la République a été élu en appelant à faire barrage (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Vianney largué par son ex d'une manière bien désagréable...
Jean-Marie Périer : ce qu'il n'a jamais pardonné à son père biologique Henri Salvador
Bruno Le Maire tacle "la politique de l'autruche" face à Apolline de Malherbe
PHOTOS - Vanessa Paradis divine aux Victoires de la Musique : "Elle me fait tellement fondre"
« Elle m'en veut » : cette ministre qui n'a pas digéré son face-à-face avec Maïtena Biraben