Jadot appelle à voter Macron "sans plaisir mais sans hésitation"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L'ex-candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot appelle à voter Emmanuel Macron dans une tribune au Monde jeudi, "sans plaisir mais sans hésitation", évoquant aussi les législatives où il souhaite un "bloc écologiste, social et républicain puissant".

"Je déposerai un bulletin Emmanuel Macron dans l’urne pour empêcher Marine Le Pen et l’extrême droite d’accéder au pouvoir dans notre pays", écrit l'eurodéputé, réitérant son appel au soir du 10 avril, quand il avait obtenu 4,6% des voix.

"Je le ferai sans hésitation, sans ambiguïté, en toute clarté", dit-il, insistant: "S’abstenir, voter blanc ou nul, c’est rendre possible la victoire de Marine Le Pen."

Yannick Jadot fait ainsi référence à l'hésitation de nombreux électeurs de gauche - jusque dans son propre électorat - qui se défient du président sortant. Mais il tacle aussi, sans le nommer, l'absence de consigne, en dehors d'un "Pas une voix à Mme Le Pen", par Jean-Luc Mélenchon (21,95%).

"Certains responsables politiques, parfois si prompts à évoquer +l’Histoire+, avec un grand H, feignent d’en oublier les leçons: quand le bloc d’extrême droite dépasse 30% au premier tour, vanter le +ni-ni+ revient à jouer à la roulette russe", assène-t-il.

"Et miser sur la responsabilité des autres pour flatter une partie de son électorat n’est pas à la hauteur de l’enjeu de civilisation qui se pose", ajoute Yannick Jadot.

Il précise: "Ce vote Emmanuel Macron ne vaut pas quitus pour son bilan marqué par l'inaction climatique, le déni social et le mépris démocratique". Il faudra pour le contrer "donner de la force, à l’Assemblée nationale, à un bloc écologiste, social et républicain puissant", dit-il à propos des législatives des 12 et 19 juin, alors que des négociations se sont engagées entre insoumis, écologistes et communistes en vue d'un accord de coalition.

M. Jadot évoque une "VI République", thème cher à Jean-Luc Mélenchon, qui a demandé aux Français de l'élire Premier ministre via les législatives. Il propose une "convention citoyenne pour le renouveau démocratique" dont le résultat serait soumis à référendum.

En écho à la tribune de Yannick Jadot, les maires écologistes de Tours, Lyon et Poitiers ont également appelé jeudi "à faire barrage à Marine Le Pen en utilisant le bulletin Emmanuel Macron".

"La défense de la République et de ses valeurs est indispensable. La sauvegarde de notre État de droit et de ses institutions est un devoir", écrivent Emmanuel Denis, Grégory Doucet et Léonore Moncond'huy.

Le maire EELV de Grenoble Eric Piolle a lui aussi appelé sur Twitter à "éviter le pire", c'est à dire "l’extrême-droite au pouvoir" mais est allé plus loin en prônant l'union derrière Jean-Luc Mélenchon en vue des législatives.

Le leader insoumis peut "structurer l’arc humaniste!" rassemblant les forces de gauche, affirme l'édile, concluant son tweet avec le hashtag "#Melenchon1erMinistre".

bap-dfa-ag/hj

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles