"Jacques Chirac veut coucher avec moi" : ce jour où Bernadette Chirac s'est étranglée devant sa télévision

Nicolas Sarkozy, Bernadette Chirac, Laeticia et Johnny Hallyday : tous ont un point commun, ils sont présents dans le livre Karl Zéro balance tout, publié chez Plon. Le journaliste y revient sur son émission emblématique diffusée sur Canal+ Le Vrai journal où il n’hésitait pas à tutoyer les politiques et à les titiller. Un programme au ton très décalé qui a bien failli s’arrêter dès le début en 1996.

« Ça a failli s’arrêter au bout de deux mois exactement. On avait diffusé la semaine d’avant un petit document amusant où il y avait l’empereur Bokassa qui était interviewé par un journaliste belge, et il disait : 'Ma femme, l’impératrice, est venue me voir et m’a dit : ‘Chirac veut coucher avec moi, qu’est-ce que je fais ?’. Et je lui ai dit : ‘Vas-y c’est un gaulliste’. Cette réponse était tellement dôle, tellement inattendue qu’on l'a diffusée », s’est souvenu Karl Zéro au micro de la radio Totem dans l’émission Le jardin secret le 25 janvier.

« Il y a des fois dans la vie, on n’a pas de bol. Ce jour-là, Jacques Chirac, lui-même qui était président, regardait depuis la salle à manger de l’Élysée en compagnie de Bernadette et, pire que tout, de la mère de Bernadette, Madame Chodron de Courcel, âgée de 85 ans au moins à l’époque. Ils regardaient l’émission, et ils voient ça. Imaginez le silence glacial dans la pièce », a raconté le journaliste.

Bernadette Chirac savait qu’elle était une femme trompée, mais voir cette possibilité évoquée en clair à la télé, elle s’en est étranglée. Une

Retrouvez cet article sur GALA

Kobe Bryant et sa fille Gianna tués dans un accident d'hélicoptère : l'immense tristesse des internautes
Pas de chance pour Meghan Markle et Harry : leur maison canadienne est construite sur des sépultures !
Mort de Michou : cette photo culte de Johnny Hallyday qu'il avait dévoilée
Le prince Charles épinglé pour ses 25000 kilomètres en jet privé... avant de rencontrer Greta Thunberg
VIDÉO - "Ma campagne continue" : Cédric Villani fait un pied de nez à Emmanuel Macron