Jacqueline Bisset : « Peter Sellers m’a traumatisée »

Par Florent Barraco
·1 min de lecture
Jacqueline Bisset chez Thierry Ardisson, en 1987.
Jacqueline Bisset chez Thierry Ardisson, en 1987.

Elle a longtemps été la Britannique préférée des Français ? bien avant Jane Birkin. Ses origines familiales peuvent l'expliquer, mais c'est surtout deux films « made in France » qui vont la populariser dans l'Hexagone. Dans La Nuit américaine de François Truffaut, elle incarne une star anglaise sur le retour et, sur les plages paradisiaques mexicaines du Magnifique, elle accompagne Jean-Paul Belmondo dans ses délires d'agents secrets. En mai 1987, dans un français parfait teinté d'un accent britannique exquis, l'actrice se confie à Thierry Ardisson dans Bains de minuit ? émission disponible sur la chaîne INA ArdiTube.

Avec une telle carrière, Jacqueline Bisset a joué avec les plus grands acteurs. Avec qui partirait-elle sur une île déserte ? Paul Newman ? « Très gentil . » Sinatra ? « Adorable ! » Belmondo ? « Très intéressant. » Mastroianni ? « Cela n'a pas été difficile de tourner avec lui, mais moins facile qu'avec les autres. » « J'ai eu des problèmes avec Peter Sellers [elle a tourné avec lui Casino Royale en 1967, NDLR], avoue-t-elle. Je venais de commencer dans le métier. Il n'était pas sympathique avec moi. Cela m'a marquée et ça m'a mis un coup : c'était traumatisant, il n'était pas là pour me donner la réplique. J'ai été traumatisée. » « Plus tard, il est devenu plus gentil avec moi. Il faut dire que j'avais gravi les échelons, mais j'en suis rappelé », lâche-t-elle.

À LIRE AUSSIJacqueline Bisset, l'Anglaise et le continent

« Le mariage rend paresse [...] Lire la suite