Jacob (LR) dénonce "l'entente tacite" entre Macron et Le Pen

·2 min de lecture
Le président de LR Christian Jacob le 21 janvier 2020 à Paris

Le président des Républicains Christian Jacob dénonce "l'entente tacite" entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, qui selon lui se font "la courte échelle pour 2022", dans une tribune au Figaro mise en ligne jeudi.

"Marine Le Pen et Emmanuel Macron se sont bien trouvés en 2017. Depuis, ils ne cessent de se faire la courte échelle pour 2022", affirme M. Jacob, en raillant des "illusionnistes" qui "font semblant de préparer un duel", mais "dansent en duo".

"Emmanuel Macron est persuadé que le rejet de Marine Le Pen permettra sa victoire. Et inversement", ajoute M. Jacob, alors que deux sondages récents ont donné les deux finalistes de 2017 en tête de la course au premier tour de la prochaine présidentielle.

Pour Christian Jacob, "l'entente tacite sur laquelle repose ce duo n'est pas le fruit du hasard" car "leur vision de la politique est la même" et "leur projet, c'est eux-mêmes".

"Ni Emmanuel Macron ni Marine Le Pen ne cherchent l'adhésion à un programme" mais "cherchent un vote réflexe contre leur rival" et "ils savent qu’il leur serait très difficile de combattre un projet cohérent proposé par toute une famille politique", selon M. Jacob.

Le président des Républicains s'en prend vivement au chef de l'Etat qui selon lui "se préoccupe de préserver sa position électorale pour être seul face à Marine Le Pen" mais "fait semblant" pour le reste, que ce soit le séparatisme, la réforme des retraites ou la maîtrise des comptes publics.

Il critique aussi Mme Le Pen, "absente des débats parlementaires car ils supposent un groupe parlementaire, une assiduité et une constance dont elle est incapable".

La présidente du RN "donne l’illusion d’une conviction, mais ses certitudes sont fluctuantes", ajoute M. Jacob, promettant qu'il fera "tout pour ne pas tomber dans le piège tendu à la France par ce duo mortifère" qui "amènerait les Français à faire le choix du pire".

cg/ib/cbn