Jackie Chan : humour, gloire et kung-fu (Arte)... Comment la star est devenue l’anti-Bruce Lee

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L’héritier de Bruce Lee ?

S’il a bien participé à trois films avec Bruce (La Fureur de vaincre, Le Jeu de la mort et Opération Dragon), c’est en tant que cascadeur. Il faudra attendre la mort de la star, en 1973, pour que l’on songe à faire de Jackie une vedette. Sans grand succès. Jusqu’à ce qu’il décide de devenir l’anti-Bruce Lee, en mêlant kung-fu et comédie.

Un champion des arts martiaux ?

Oui… et non. Jackie Chan, surnommé Pao Pao («boulet de canon» en chinois), a été placé très jeune dans une école formant des artistes pour l’Opéra de Pékin. Il y a appris l’acrobatie, la comédie et… les arts martiaux. Mais il n’a jamais obtenu de titre de champion de kung-fu.

À lire également

Rush Hour 3 (6Ter) Jackie Chan : "C'est toute la saga Rush Hour que je n'aime pas !"

Une star à Hollywood ?

Oui ! Après un premier essai raté au début des années 80, Jackie revient aux États-Unis à la fin des années 90 pour y triompher avec Rush Hour, décrochant un cachet de plus de 20 millions de dollars. Il obtiendra un Oscar d’honneur en 2017.

Frédérick Rapilly

... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles