Jack Lang : « Les installations de Christo sont un geste poétique, pas une atteinte au patrimoine »

·1 min de lecture
L'Arc de Triomphe de Paris emballé par Christo.
L'Arc de Triomphe de Paris emballé par Christo.

Le 18 septembre, les Français découvriront l?Arc de Triomphe saucissonné dans 25 000 carrés de toile bleutée et 3 000 mètres de corde rouge, ultime cadeau de l?artiste Christo, décédé en mai 2020, à cette ville où il s?était réfugié en 1958, après avoir fui sa Bulgarie natale. Et même dans notre pays de grincheux où tout est, toujours, matière à polémique, on ne voit guère qui pourrait trouver à redire à ce beau spectacle éphémère.

1. L?opération, poursuivie selon les v?ux de l?artiste par son neveu Vladimir Yavachev, devait avoir lieu au printemps, or elle a été docilement décalée lorsque la Ligue de protection des oiseaux a alerté Yachavev que des faucons crécelles, à cette saison, faisaient leur nid au sommet de l?Arc de Triomphe? 2. Durant l?installation, l?accès à la visite du monument a toujours été maintenu, et le chantier s?est respectueusement arrêté, chaque soir à 18 h 30, lorsqu?était ravivée la flamme du soldat inconnu. 3. Entièrement autofinancé, comme toutes les installations de Christo et de son épouse Jeanne Claude, par la vente des travaux préparatoires, l?emballage du monument ne coûte en outre pas un centime à l?État. Mieux : toutes les ventes de produits dérivés iront, ainsi qu?en avait décidé l?artiste, dans les caisses du Centre des monuments nationaux.

Alors ne boudons pas notre plaisir. Il est prévu, car Christo le voulait ainsi, que le vent s?engouffre dans la toile, offrant l?illusion que le monument bouge? Un Arc de Triomphe qui p [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles