« J’en veux toujours énormément à Nicolas Sarkozy »

Othman Nasrou, vice-président d'Île-de-France sous l'étiquette LR et ancien porte-parole de la campagne de Valérie Pécresse.   - Credit:
Othman Nasrou, vice-président d'Île-de-France sous l'étiquette LR et ancien porte-parole de la campagne de Valérie Pécresse. - Credit:

« Je ne doute pas qu'ils seront nombreux au soir du 24 avril à prendre la parole pour faire l'exégèse ou tirer les leçons de cette élection. »Ainsi parlait l'ancien porte-parole de la campagne de Valérie Pécresse Ohtman Nasrou, dans nos colonnes en avril dernier, peu avant un « crash » historique. Aujourd'hui, c'est à lui de tirer un premier bilan alors que l'élection pour la présidence du parti Les Républicains est annoncée pour décembre prochain.

Du score calamiteux de la « Dame du faire », ce trentenaire retient une tentative de faire valoir des solutions pour le pays. Un programme dont il accuse Emmanuel Macron d'avoir repris certaines des mesures les plus symboliques. Comment expliquer alors la désaffection pour sa famille politique ? Tout tient dans le « droit d'inventaire », explique le vice-président d'Île-de-France, élu de Trappes, qui envisage lui-même de candidater à l'élection pour la présidence de son parti. Années Sarkozy, changement de nom, clarté idéologique… Pour Le Point, ce représentant d'une jeune garde aux dents longues tire les leçons.

À LIRE AUSSIDéputés LR : une faim de jeunes loups

Le Point : Après avoir obtenu moins de 5 % à l'élection présidentielle, votre parti, Les Républicains, est parvenu à sauver un groupe assez important à l'Assemblée nationale. C'est un paradoxe ?

Othman Nasrou : C'est encore plus profond que ce que vous décrivez. Nous avons gagné toutes les élections intermédiaires, les Français n'ayant eu aucun mal à nous co [...] Lire la suite