Publicité

"J’ai passé 3 ou 4 années dans une espèce d’errance" : la touchante confidence de Pio Marmaï sur la mort de sa mère

David Niviere/ABACAPRESS.COM

"Tout a pété d’un coup." C’est le terrible constat fait par Pio Marmaï lorsqu’il évoque la mort de sa mère dans un entretien accordé au quotidien Le Monde. Le comédien évoque ainsi avec pudeur et émotion la lutte menée contre un cancer du sein par celle qui lui a donné la vie. "La dureté de l’accompagnement dans la maladie, la douleur, la chimio qui ne marche pas… J’ai cru que je maîtrisais mais j’ai passé les trois-quatre années qui ont suivi dans une espèce d’errance…", explique Pio Marmaï.

Pour surmonter cette épreuve et accepter ce deuil, le comédien a été suivi par un psy mais garde peu de souvenirs de leurs séances ensemble, à part "les tableaux sur les murs". "C’est comme si tout ce que je lui avais raconté, je l’avais mis dans un sachet en disant : « Faites-en ce que vous voulez »", poursuit-il avant de se reprendre et d’avouer qu’il "sait très bien ce qu’il y avait dans ce sachet". "Mais j’ai toujours été très pudique. Et comme ma mère, j’ai tendance à juger ceux qui se plaignent", se justifie-t-il.

À lire également

"J’étais atterré" : Pio Marmaï revient sur la polémique de la Une du Film Français

Pio Marmaï se confie également à cœur ouvert sur l’image qu’il a longtemps renvoyée dans le monde du cinéma, celui, comme le dit Le Monde, d’un "gros lourd" alors qu’il aime autant Pasolini et Roy Andersson que les films populaires. "J’ai toujours été à cet endroit de tiraillement, le cul entre deux chaises. Et je n’ai jamais voulu choisir. Je me disais que les gens comprendraient. Mais non ils se disent : il est costaud, il fait de la mécanique, donc il doit être un peu con".

"Aujourd’hui, c’est digéré, c’est plus une force qu’autre chose. Mais, à l’époque…", regrette Pio Marmaï qui évoque aussi la vision qu’il a de son métier. Pour lui c’est davantage une "question de sens" que de plaisir. "...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi