«J’ai participé [à l’attentat dans le métro de Saint-Pétersbourg], mais indirectement. J’ai reçu un ordre. Je ne me suis pas rendu compte que je participais à une entreprise terroriste.»

Libération.fr

Sur une vidéo publiée mardi par le FSB (les services secrets russes), des agents encagoulés plaquent à terre un homme, avant de retirer un pistolet glissé dans sa ceinture. «Nom ? Azimov. Prénom ? Abror. Motif de l’interpellation, vous devinez ? Oui…» C’est ainsi qu’a été arrêté lundi, dans le sous-bois d’une banlieue moscovite, l’organisateur présumé de l’attentat qui a fait 14 morts dans le métro de Saint-Pétersbourg, le 3 avril. Le suspect a d’abord reconnu sa culpabilité, avant de nier en bloc, devant le juge censé prononcer son arrestation. Selon les enquêteurs, Azimov, né en 1990 au Kirghiztan et ayant obtenu la nationalité russe en 2013, «a formé le terroriste kamikaze Akbarjon Djalilov», l’auteur présumé tué dans l’attentat, qui aurait appelé son «supérieur» peu avant l’explosion (selon une source du quotidien Kommersant). Depuis, Azimov, recherché par la police, avait disparu de la circulation : il a abandonné son logement de location et désactivé cartes SIM et téléphones. On sait seulement qu’il avait travaillé dans le même café autoroutier que deux autres suspects déjà arrêtés, Sadyk Ortykov et Chokhiste Karimov. La justice russe a décidé de le maintenir en détention jusqu’au 3 juin le temps de l’enquête.

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Découvertes en série en Egypte
Référendum pro-Erdogan : le «choix cornélien» des Turcs d’Allemagne
2014 JO25
Au Brésil, amende nourrie pour groupe de BTP pourri
Mieux vaut tard

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages