Des J.O. de Pékin à la Coupe du monde au Qatar : le boycott fluctuant de Mélenchon

·1 min de lecture

Jean-Luc Mélenchon, a exprimé ce jeudi soir son opposition à la présence des Bleus au Qatar lors de la Coupe du monde 2022, car, selon lui, "on ne peut pas jouer au foot sur les cadavres". Treize ans plus tôt, il adoptait une position radicalement différente concernant les J.O. de Pékin…

Jean-Luc Mélenchon, a estimé jeudi que les joueurs de l'équipe de France n'avaient "rien à foutre" au Qatar pour la Coupe du Monde 2 022 qui aura lieu du 21 novembre au 18 décembre 2022. "On ne peut pas jouer au foot sur les cadavres". "Oui, s'il y avait une bataille pour le boycott, moi j'y participerais, mais je n'ai pas beaucoup d'illusions. C'est une honte ce qui se fait là. 6 500 personnes sont mortes sur les chantiers. C'est affreux comment ils traitent les gens", a déclaré le leader de La France Insoumise sur RTL, se référant à une récente enquête du Guardian, que nous vous relations déjà début mars. La pétromonarchie est en effet sous le feu des critiques pour son traitement des migrants sur les chantiers du mondial 2022, qui y travaillent au péril de leurs vies.⚽🥅 Mondial 2022 au Qatar : "Les gars je vous dis de ne pas y aller. On ne peut pas jouer au foot sur les cadavres", conseille @JLMelenchon aux Bleus @equipedefrance dans #RTLSoir avec @ThomasSotto ⤵️https://t.co/3TrUbVFAF6 pic.twitter.com/qXP0xNIUMe— RTL France (@RTLFrance) April 1, 2021 L'équipe de France doit-elle s'y rendre ? "Ça, il y a des fédérations sportives pour en discuter. Moi je pense...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République