J. K. Rowling et Ken Loach volent au secours d'une librairie attaquée par l'extrême droite

Bakouche, Sarah-Lou
J.K. Rowling et Ken Loach soutiennent la librairie Bookmarks (au centre), installée à Bloomsbury Street dans le centre de Londres. / Evan Agostini/Invision/AP / Joel Ryan/Invision/AP

Saccagé par une douzaine d'individus, dont des militants du parti nationaliste Ukip, le magasin londonien Bookmarks reçoit le soutien de personnalité de la culture et de la politique. Une journée de mobilisation est prévue samedi.

Outre-manche, le monde des lettres est sous le choc. Samedi dernier, peu avant 19h, la librairie Bookmarks, à Bloomsbury, a été saccagée par des hommes masqués. Cela fait plus de 40 ans qu'elle est installée dans le centre de Londres. Selon un communiqué publié dans la foulée de l'attaque, une douzaine d'individus ont pénétré dans l'enceinte du magasin, fréquenté par la gauche anglaise, ce samedi en fin d'après-midi, alors que le personnel finissait sa journée. Ils ont saccagé les lieux, renversant les présentoirs et s'en sont pris aux revues présentées, tout en scandant des slogans d'extrême droite.

» LIRE AUSSI - Londres dans les pas de Ken Follett

L'assaut de samedi dernier est le deuxième en quelques semaines, après celle concernant la librairie LGBT Gay's the Word, elle aussi située à Bloomsbury. La vitrine de la boutique, rendue mondialement célèbre en 2014 par le film Pride , a été brisée volontairement. «Vandalisme classique ou attaque homophobe, qui sait? Notre vitrine a déjà été brisée à plusieurs reprises par le passé. Mais cela fait plusieurs années que cela ne nous était pas arrivé», philosophe un membre de l'équipe auprès du Figaro.

Bookmarks déclare avoir déjà reçu de nombreux messages de soutien après l'attaque. Hommes politiques et syndicalistes, mais aussi écrivains, réalisateurs et musiciens. La liste des personnalités qui s'expriment sur les réseaux sociaux dépasse le spectre politique. L'affaire est éminemment culturelle. J.K. Rowling, la plume qui a donné vie à Harry Potter dénonce le traitement médiatique accordé à l'événement. Réagissant au titre d'un article de la BBC, elle tweete: «Ce n'était pas une “manifestation”, c'était bien une (...) Lire la suite sur Figaro.fr

La plus Grande Librairie de toute l'histoire 
Toni Morrison, prix Nobel de littérature: «Trump ne sait pas rire, il en est incapable» 
En se réinventant, les librairies ont su résister à l'ouragan Amazon 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro