«J’avais préparé quelque chose, mais quand l’info est tombée, je n’ai pu dire que ‘La reine est morte’»

Paris Match. Depuis quand couvrez-vous la famille royale britannique pour CNN ? Max Foster. Depuis 2011 et le mariage de Kate et William. L’année précédente je couvrais les élections générales. Ce n’était pas un choix de ma part, j’étais même un peu cynique. Mais le Palais nous a donné de supers accès aux préparatifs, et la nuit avant le mariage je suis allé sur le Mall, interviewer la foule, j’ai été époustouflé. Il y avait des gens du monde entier. L’atmosphère était folle. J’ai réalisé à quel point le monde aimait les histoires royales et s’y intéressait. Ces gens s’étaient déplacés pour le mariage de deux personnes qu’ils ne connaissent pas et ne rencontreront jamais, c’est dingue. C’est cette fascination que j’ai trouvé fascinante. Avez-vous été briefé sur « l’opération London Bridge » dès cette époque-là ? J’ai vu passer plusieurs dispositifs d’anticipation au fil des ans, on a parfois eu des briefings, mais il faut comprendre que cela fluctuait tout le temps. On ne sait évidem