"J'ai vu les dégâts, les morts, les blessés" : au Sri Lanka, les fidèles de l'église Saint-Anthony meurtris par les attentats

franceinfo
Au moins 290 personnes sont mortes dans cette série d'attentats visant des hôtels et des églises, notamment celle de Saint-Anthony de Colombo.

Des éclats de verre jonchent encore la route qui passe devant l'église Saint-Anthony, monument symbolique de Colombo (Sri Lanka), au lendemain des attentats qui ont fait au moins 290 morts et plus de 500 blessés, dimanche 21 avril. Huit explosions ont eu lieu à deux heures d'intervalle dans des églises et des hôtels de luxe de la ville.

>> À lire aussi : Sri Lanka : ce que l'on sait des explosions qui ont frappé des hôtels et des églises en plein dimanche de Pâques

Derrière le cordon policier qui ceinture l'entrée de l'église Saint-Anthony, son administrateur, le prêtre Jude Fernando témoigne : "Je suis vivant par la grâce de Dieu", réagit-il. "À 8h45, quand l'explosion a retenti, jamais je n'avais entendu une telle déflagration."


J'ai vu dans l'église les dégâts, les morts, les blessés. Avec l'aide du prêtre, on a évacué les blessés vers l'hôpital, puis les forces de sécurité sont venues en renfort.

Jude Fernando, prêtre

à franceinfo


À quelques rues de là, une famille se recueille autour du corps d'un père de famille, tué dans l'explosion de l'église. Sa belle-soeur, une religieuse vivant à Rome, est revenue en urgence de l'étranger, comme de nombreux Sri Lankais expatriés dont les proches ont été touchés par ces attentats : "Je viens d'arriver, j'étais à Rome et j'ai eu le dernier billet d'avion", explique-t-elle. "Je voulais donner de la force et du soutien à ma famille."


Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi