"J'ai plus d'influence sur la vie politique" que jamais : Philippe de Villiers se targue de souffler à l'oreille de Macron

1 / 1

"J'ai plus d'influence sur la vie politique" que jamais : Philippe de Villiers se targue de souffler à l'oreille de Macron

Le président de la République et l'ancien patron de la Vendée se sont rapprochés au fil des mois. Au point que Philippe de Villiers se félicite de sa nouvelle influence sur la politique française.
Emmanuel Macron et Philippe de Villiers se sont rapprochés au fil des mois.

Philippe de Villiers murmure-t-il à l'oreille du président de la République ? Alors qu'Emmanuel Macron a montré à de nombreuses reprises sa capacité à faire fi des clivages traditionnels, le Journal du dimanche revient sur l'improbable amitié politique et personnelle qui s'est nouée entre l'ancien homme fort de la région Vendée, catholique souverainiste deux fois candidat à la présidentielle, et le chef de l'État.

Les deux hommes ont récemment assisté ensemble à la finale de la Coupe de France entre le PSG et les Herbiers. L'occasion pour le fondateur du Puy du Fou de rappeler au locataire de l'Élysée sa petite phrase remarquée dans le documentaire Le Casse du siècle diffusé par BFMTV fin avril. "S'il avait une soirée à perdre, il préférerait la passer avec moi plutôt qu'avec Christophe Castaner", avait alors plaisanté Philippe de Villiers. "T'as regardé ce que j'ai dit sur BFM ?", demande-t-il le soir du match à Emmanuel Macron. "Bien sur", répond ce dernier, appuyé par Brigitte Macron : "Qu'est ce qu'on a rigolé". "J'aime beaucoup ce type", précise d'ailleurs souvent Macron.

"J'ai un éthos de droite"

Une véritable idylle donc, entamée en août 2016 lors de la visite d'Emmanuel Macron, alors encore ministre de l'Economie, au Puy du Fou. Mais comment deux personnalités politiques a priori si opposées ont-elles pu se trouver ? Quoi de commun entre le pourfendeur des traités européens, tête d'affiche de l'opposition à Maastricht, et le président des envolées lyriques du discours d'Athènes sur la refondation de l'Europe ? Entre le chantre de l'union des droites et l'adepte du "en même temps" ? C'est peut être Emmanuel Macron lui-même qui y répondait le mieux, en août. "J'ai un éthos de droite", confessait-il alors à un conseiller, cité par le JDD.

Et Philippe de Villiers semble également avoir séduit la Première dame. "Brigitte adore Villiers. Elle a un faible culturel pour les gens de cette droite qui sent la terre, les clochers, les semailles et les moissons... 

Lire la suite sur Marianne

 

Ce contenu peut également vous intéresser :