"J'ai besoin d'eux mais j'ai souvent envie de les tuer" : ces entreprises françaises à la merci d'Amazon

Juliette Campion
Si les TPE et PME se réjouissent de la visibilité que leur offre la plateforme du géant du web, elles doivent aussi composer avec son intransigeance, entre menace de déréférencement, politique du client roi et guerre permanente des prix.

"Se lancer sur Amazon a été comme ouvrir une boutique sur les Champs-Elysées de chaque capitale du monde." Ce témoignage très enthousiaste d'une entreprise spécialisée dans l'esthétique professionnelle est fièrement mis en avant sur le site d'Amazon, aux côtés d'autres success stories d'entreprises françaises. Depuis deux ans, la marketplace (ou place de marché) multiplie les initiatives à l'égard des entrepreneurs de l'Hexagone pour les inciter à vendre leurs produits sur sa plateforme numérique.

D'après les chiffres d'Eurostat, à peine 16% des PME françaises vendaient en ligne en 2015, ce qui place la France au treizième rang de l'Union européenne. Amazon tente de s'engouffrer dans la brèche pour étendre son catalogue en proposant davantage de produits de fabricants français. "Le fait de référencer des produits de niches apporte à Amazon une réputation de qualité qui la démarque de ses concurrents", explique Michel Koch, directeur général de l'Institut du commerce connecté (ICC) à franceinfo.

Un mariage de raison

Quelque 10 000 TPE et PME françaises écoulent leur marchandise sur la plateforme. Pour ces sociétés, vendre sur Amazon, c'est accéder à un marché titanesque de 28 millions de visiteurs uniques par mois. Mais c'est aussi se retrouver dans une situation de dépendance vis-à-vis du géant de la vente en ligne, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi