"J'étais complètement cramée" : Adeline Blondieau révèle avoir été victime d'un burn-out

Adeline Blondieau a révélé au cours d'une interview à 7sur7 qu'elle avait fait il y a quelques années un burn-out.

"À un moment donné, moi j'ai cramé". Débarquée dans le showbiz a l'aube de ses 18 ans, Adeline Blondieau a marqué toute une génération qui a suivi avec assiduité les séries Les Filles d'à côté puis Sous le soleil, et qui ont fait d'elle une star française. Mais à l'abri des projecteurs, l'actrice et ex-femme de Johnny Hallyday a aussi connu de graves soucis de santé, il y a de cela quelques années. Dans une interview accordée à 7sur7, elle révèle en effet avoir fait un burn-out, "il y a 8 ou 9 ans".

"Je me suis aperçue que j'étais complètement cramée, lance Adeline Blondieau. J'étais seule enfermée dans mon corps. Je ne pouvais plus parler, plus marcher. Et je voyais tout le monde qui continuait à avancer. J'en faisais trop", affirme-t-elle. Pour l'actrice, difficile de concilier son métier et sa vie de maman célibataire. A tel point que durant quelques mois, elle était devenue l'ombre d'elle-même. "Mon fils ne voulait plus me voir parce que j'avais perdu 12 kilos. Il voyait un fantôme à la place de sa mère, révèle Adeline Blondieau. Quand j'arrivais à parler, je bégayais. [...] J'étais une espèce de légume".

"Je me suis cramée parce que j'ai trop travaillé"

Mais pour sa propre santé, et aussi pour son fils, la comédienne a décidé de se sortir de cette situation infernale. "Mon fils ne méritait pas d'avoir une mère comme ça. Je me suis cramée parce que j'ai trop travaillé. J'ai accepté tous les projets et finalement je suis partie (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Mort de Félicité Tomlinson : la vie de Louis Tomlinson marquée par les drames familiaux
La belle déclaration du mari d'Adriana Karembeu
La blague (un peu) dégoûtante de George Clooney à la nounou de ses enfants
Le chanteur Yann-Fañch Kemener, figure de la musique bretonne, est mort à l'âge de 61 ans
Quand Sam Smith révèle avoir recouru à une liposuccion... à l'âge de 12 ans