"J’aime mon bistrot" : une plateforme vient en aide aux restaurateurs

Ils ne voulaient pas rester à rien faire durant des semaines. Pour faire perdurer l’activité du "Bar de l’hôtel de la ville" à Troyes (Aube), Sami Kestenberg a inscrit son établissement sur la plateforme "J’aime mon bistrot" pour rester en contact avec ses clients et se mettre à la livraison. "Ce n’est pas ça qui fait vivre, mais ça fait un petit peu bosser, ça fait voir du monde", assure le gérant. Préparer le déconfinement En proposant ces services à travers cette plateforme, les restaurateurs fidélisent une clientèle en attendant que la reprise de l’activité soit totale au moment du déconfinement. "Les gens, ils aiment bien savoir quand est-ce qu’ils vont pouvoir dépenser leur argent, quand est-ce qu’ils vont pouvoir venir dans leur établissement donc à partir de quand la date va être connue, je pense que ça va prendre de l’ampleur", prédit Didier Still, gérant du restaurant "L’Odyssée". Depuis le 14 mars dernier, près de 23 000 commandes ont été passées sur "J’aime mon bistrot".