"J’étais pétrie de doutes" : Vanessa Demouy (ITC) se livre à cœur ouvert sur le début de sa carrière

Rose, votre personnage, est au cœur de l’arche d’été d’Ici tout commence...

Vanessa Demouy Rose, célibataire depuis un moment, a rencontré Paul (Avy Marciano, ndlr) qui lui fait une jolie cour à l’ancienne. C’est rafraîchissant pour elle, car elle s’est récemment beaucoup concentrée sur son nouveau rôle de maman (elle a découvert qu’elle était la mère d’une jeune femme, Carla). Maintenant, elle va penser un peu à elle. La maman est toujours là puisque c’est quelque chose de très présent chez elle, mais la femme va aussi s’autoriser à faire et à être.

Le format de la quotidienne a-t-il changé votre rapport au public ?

Non, c’est quelque chose que je connais depuis longtemps. Ce qui est très rigolo, c’est qu’en plus des gens qui me suivent depuis trente ans, se sont ajoutés leurs enfants, voire même leurs petits-enfants. J’ai eu la chance d’être une actrice populaire dès le début de ma carrière. J’ai toujours été portée par cet amour et ce soutien, franchement, indéfectibles. La nouveauté, même si ça fait déjà un petit moment, ce sont les réseaux sociaux, qui font que l’on a désormais un contact direct avec les gens.

À lire également

Avy Marciano débarque dans Ici tout commence : "Il va se passer des événements étranges..."

"J’ai une telle tendresse pour la toute jeune comédienne que j’étais"

D’ailleurs, vous y prônez régulièrement la bienveillance...

Nos réseaux sociaux sont aussi un prolongement de notre personnalité. Donc oui, j’y mets en avant la gentillesse. Pour moi, c’est une qualité sous-cotée. Pourtant, je pense que c’est ce qui va sauver le monde. Je le dis au premier degré. Ce sont des valeurs que je veux inculquer à mes enfants. Et effectivement, sur mes réseaux, je partage ce que je suis. On ne parle bien que de ce qu’on connaît bien. Je ne me vois pas me transformer ou essayer d’être quelqu’un d’autre. Ça fait des années que je le dis : j’adorerais être de ces actrices nimbées de mystère, qu’on n’ose pas aborder. Mais on ne va pas se mentir, ce n’est pas moi. (Rires) On lit en moi comme dans un livre ouvert, donc auta...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi