"J’étais dans la hantise du désaccord et la crainte de lui déplaire": les confidences d'Anne Sinclair sur sa relation avec DSK

·2 min de lecture
Anne Sinclair à l'inauguration du musée de la Boverie à Liège, en Belgique, le 21 septembre 2016 - JOHN THYS / AFP
Anne Sinclair à l'inauguration du musée de la Boverie à Liège, en Belgique, le 21 septembre 2016 - JOHN THYS / AFP

"De la soumission et de l'acceptation". C'est en ces termes qu'Anne Sinclair qualifie sa relation avec Dominique Strauss-Kahn, avec qui elle a été mariée pendant plus de vingt ans. À l'occasion de la sortie de son livre Passé composé, la journaliste s'est confiée au magazine Elle sur "le séisme qui a dévasté sa vie". Une épreuve dont elle explique n'avoir longtemps pas voulu parler. "Puis j’ai pensé qu’on allait me le reprocher, alors j’ai choisi de raconter mon ressenti, uniquement mon ressenti", confie-t-elle.

Accusé d'agression sexuelle, de tentative de viol et de proxénétisme aggravé en bande organisée - des affaires ayant abouti à des non-lieux ou ayant été classées sans suite -, Dominique Strauss-Kahn était un homme "très intelligent, très brillant, capable de s’intéresser à mille choses", souligne Anne Sinclair, qui assure "l'avoir aimé" et avoir "aimé cette vie".

"J’étais avec lui dans la hantise du désaccord et la crainte de lui déplaire", nuance-t-elle cependant.

"J'étais dans le déni"

Elle certifie qu'elle "ne savait rien des comportements de son mari" et être restée à ses côtés après l'affaire du Sofitel de New York, car "on ne laisse pas tomber un homme qui est à terre". "Je n’avais pas de raison de ne pas le croire", poursuit la journaliste, qui explique "avoir été dans le déni" parce qu'elle était "en confiance".

"Il avait un pouvoir de persuasion très fort; quand j’avais des soupçons, il les démontait et j’avais envie de le croire. Dominique me connaissait très bien, il savait très bien comment me convaincre. Qu’on m’ait 'prévenue', c’est faux! Quiconque dirait aujourd’hui que j’étais au courant mentirait", déclare Anne Sinclair.

Elle raconte que c'est en 2012, année au cours de laquelle le scandale du Carlton de Lille a éclaté, qu'elle a pris la décision de mettre fin à leur union. "Quand j’ai découvert les histoires de Lille, je me suis dit, ça va comme ça. Stop".

DSK n'avait "pas très envie d'aller à l'Elysée"

Dans cette longue interview, l'ancienne présentatrice de 7 sur 7, sur TF1, avoue qu'elle n'était pas emballée à l'idée de devenir première dame, alors que Dominique Strauss-Kahn était pressenti pour être candidat à l'élection présidentielle de 2012.

"Contrairement à tout ce qu’on a dit, je n’avais pas envie d’aller à l’Élysée, lui non plus n’avait pas très envie d’ailleurs, c’était un enchaînement de circonstances…", confie Anne Sinclair, qui explique que "vivre sous le regard des gens n’a jamais été son rêve".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles