Jésus à la Maison-Blanche

Par Baudouin Eschapasse
·1 min de lecture
Art byzantin : « Christ en gloire ».  Mosaïque. Église Saint-Sauveur à Istanbul. Turquie. 
Art byzantin : « Christ en gloire ». Mosaïque. Église Saint-Sauveur à Istanbul. Turquie.

Luke Rhinehart s'était fait connaître en 1971 avec L'Homme-Dé : un roman semi-autobiographique contant les mésaventures d'un homme qui s'en remet au hasard pour orienter son destin. Moyen aussi de pimenter la banalité de son quotidien. Dans cet ouvrage, devenu culte et plusieurs fois réédité en français entre 1973 et 2019 (au Seuil, à l'Olivier, ainsi qu'aux Forges de Vulcain), le narrateur, double de l'auteur, passait ses soirées à jouer aux jeux de hasard.

Accro au poker et aux casinos, ce quadragénaire décidait brutalement d'abdiquer toute volonté en laissant ce que certains appelleront la providence répondre aux questions existentielles qui le taraudent. « Peu de livres peuvent changer votre vie. Celui-ci le fera », expliquait alors Luke Rhinehart en encourageant ses lecteurs à adopter le même comportement que son personnage, en dépit de l'absurdité qui frappe la plupart des décisions irréfléchies.

Lire aussi Lotocratie, et si nos gouvernants étaient tirés au sort ?

Plus de trois décennies plus tard, en 2008, l'écrivain a récidivé en publiant outre-Atlantique un roman* satirique dans lequel son héros laisse, de la même manière, toute rationalité de côté pour s'en remettre à une forme d'inspiration divine. Dans ce livre qui paraît en France à la veille de l'élection américaine (dans une traduction de Francis Guévremont), Luke Rhinehart imagine que Jésus s'est emparé de l'âme de George W. Bush, 41e président des États-Unis, dont on sait qu'il traversa une c [...] Lire la suite