Avec Jérôme Porée, l’aveu se met à table

Libération.fr

Que fait-on quand on avoue ? Le philosophe analyse l’impact et les multiples sens, juridique, moral, religieux, du sosie laïque de la confession.

On peut, bien sûr, arracher des aveux comme les dentistes de jadis arrachaient les dents, à la tenaille. Mais s’ils sont obtenus par le supplice ou un interrogatoire musclé, par l’intimidation, le chantage, la ruse, l’influence psychologique, sont-ils encore des aveux ? Existe-il à l’inverse une résipiscence pure, qui n’ait rien à voir avec l’aveu hypocrite, calculé, stratégique ? Décision volontaire de se décharger du poids de la faute, confidence intime, par laquelle on révèle à un ami un secret, tragique «oui, c’est moi» que le prisonnier finit par prononcer sous la torture, confession religieuse, qui veut obtenir le pardon de Dieu, reconnaissance de culpabilité assumée devant une cour de justice ou «autocritique imposée par les Etats autoritaires», la notion d’aveu a une multiplicité d’acceptions. Elles ne rentrent pas toutes aisément dans la définition qu’on peut en donner - «acte d’une conscience qui se constitue comme coupable et se montre ainsi capable de repentir» - et dont chaque partie est problématique. La conscience est-elle assez «claire» pour se reconnaître d’elle-même comme coupable, n’est-elle pas parfois désorientée par une «une tendance morbide à l’expiation et à la servitude volontaire», n’apparaît-elle pas comme «fausse», si, comme le pensait Foucault, elle «intériorise la violence de la société et en accable l’individu» ? Est-il sûr qu’elle puisse jamais «tout avouer» et que ce qu’elle tait (l’inavoué) ne soit pas plus important ? D’où la difficulté de «construire un discours commun au moraliste, au juriste, au politique et au religieux». C’est celle qu’affronte Jérôme Porée, professeur de philosophie à l’université de Rennes-I, dans Phénoménologie de l’aveu.

«Cas de conscience». L’aveu est le sosie laïque, séculier, de la confession - même si celle-ci conserve dans certaines langues une connotation (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Rencontre
Le Sistema, utopie musicale en quête d’harmonie sociale
«La Piste Kim», un clan au-dessus
Signature
Gérard Lhéritier et la musique, un duo mal accordé