Jérôme Galon, un Français inventeur européen de l'année pour sa recherche sur le cancer

Jérôme Galon, chercheur de l'Inserm, a mis au point l'Immunoscore pour prédire les récidives dans certains types de cancers.

SANTÉ - Il est Français, le lauréat du prix de l’inventeur européen 2019. Il se nomme Jérôme Galon et vient d’être distingué par l’Office européen des brevets (OEB) pour son “Immunoscore, un test qui permet de prédire les risques de récidive chez les patients atteints de certains types de cancers.

L’invention de Jérôme Galon, sous licence de l’Inserm, vise à compter le nombre de cellules immunitaires dans le tissu tumoral d’un patient.

Compter le nombre de cellules immunitaires

Plus ces cellules immunitaires sont présentes dans les tumeurs, meilleures sont les chances de survie du patient. Dans le cas de cancer colorectal, la probabilité du test de prédire la survie des patients a été établie à 95%.

“L’Immunoscore” permet aux médecins d’avoir un aperçu plus complet de la maladie d’un patient et de lui proposer ainsi les traitements les plus adaptés.

Pour réaliser le test, un scanner spécifique réalise des images numériques d’échantillons tumoraux, sur lesquelles un logiciel va compter le nombre de cellules immunitaires. Un algorithme calcule ensuite “l’Immunoscore du patient en fonction de la concentration de lymphocytes T. Des cliniques du monde entier y ont recours aujourd’hui pour prédire le risque de récidive chez les patients atteints de cancer colorectal.

Alliance entre la science et l’entreprise

“Le parcours de Jérôme Galon est exemplaire à bien des égards et je le félicite chaleureusement pour ce Prix de l’inventeur européen 2019. À travers lui, ce sont les résultats de nos recherches qui sont récompensés, quand elles réussissent à allier science et entrepreneuriat. C’est aussi une belle illustration de notre devise à l’Inserm: la science pour la santé”, déclare Gilles Bloch, président-directeur général de l’Inserm.

“Chaque année, 165.000 demandes de brevets sont déposées en Europe, je suis donc ravi de recevoir ce prix qui consacre plus de 15 ans de travail au laboratoire et qui n’est pas terminé pour autant, précise Jérôme Galon. Mais c’est aussi grâce à la...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post