Jérôme Fourquet : « Des verrous moraux ont sauté »

·1 min de lecture
Jérôme Fourquet, directeur du département opinion à l'Ifop, est l'un des invités du « Point des idées » cette semaine.
Jérôme Fourquet, directeur du département opinion à l'Ifop, est l'un des invités du « Point des idées » cette semaine.

Voyons-nous poindre le thème central de l'élection présidentielle de 2022 ? « La question de l'insécurité n'est pas nouvelle, en 2002 elle a déjà joué », rappelle Jérôme Fourquet, directeur du département opinion à l'Ifop et contributeur régulier du Point, dans l'émission Le Point des idées. Alors que les policiers se sont réunis cette semaine pour manifester devant l'Assemblée nationale, après le meurtre du brigadier Éric Masson à Avignon le 5 mai, l'auteur de L'Archipel français (éd. du Seuil) dresse le constat de la montée du sujet de la sécurité au c?ur des premières préoccupations des Français.

« La sécurité, c'est d'abord un sentiment. [?] Le fait d'avoir peur est une réalité en soi. Est-ce qu'on a raison d'avoir peur ? Ça, c'est une autre question », nuance l'invité du jour en préambule. Toutefois, alors que « les atteintes aux forces de l'ordre ont doublé en 20 ans », des « verrous moraux » ont selon lui sauté dans l'opinion publique. Et ce, à cause de trois facteurs. D'abord, indique-t-il, « en raison des attaques, parfois mortelles, dont sont victimes les forces de l'ordre ». Selon lui, face à ces événements, nos concitoyens se disent que « si même ceux qui sont chargés de nous protéger sont à leur tour dans l'?il du cyclone, c'est que le pays va vraiment très mal et que nous avons du souci à nous faire pour notre propre sécurité ».

À LIRE AUSSIRambouillet : « On oublie très vite désormais les attentats de ce type »

« Des territoires entiers échapp [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles