IVG : le Sénat s'oppose à l'allongement du délai légal

·1 min de lecture

Le Sénat, dominé par l'opposition de droite, a rejeté sans surprise mercredi une proposition de loi visant à allonger le délai légal pour l'avortement, qui devrait néanmoins "poursuivre son chemin", comme l'a souhaité le secrétaire d'Etat Adrien Taquet. Le texte "visant à renforcer le droit à l'avortement" prévoit d'allonger le délai légal d'accès à l'IVG de 12 à 14 semaines de grossesse (16 semaines d'aménorrhée) pour répondre à un manque de praticiens et à la fermeture progressive de centres IVG.

Une nouvelle inscription à l'ordre du jour

Déjà voté en première lecture par les députés, il a été inscrit à l'ordre du jour du Sénat par le groupe PS dans l'objectif de faire avancer la navette parlementaire "pour que le texte aboutisse". Au regret de la majorité des groupes, la chambre haute a coupé court à la discussion en votant une motion de rejet en bloc du texte, défendue par Corinne Imbert, au nom du groupe Les Républicains.

La motion a été votée par 201 voix pour (LR et centristes), et 142 voix contre (PS, RDPI à majorité En Marche, CRCE à majorité communiste, RDSE à majorité radicale, Indépendants, Ecologistes).

>> LIRE AUSSI - Reconfinement : l'IVG médicamenteuse à nouveau permise jusqu'à 9 semaines

"Même si la discussion est écourtée, il est essentiel que la proposition de loi poursuive son chemin", a déclaré le secrétaire d'Etat chargé de l'Enfance et des Familles. "Peu importe les opinions politiques, il faut avancer sereinement dans le respect des convictions de...


Lire la suite sur Europe1