IVG médicamenteuse : un délai rallongé pendant le confinement

·1 min de lecture

Afin de prévenir les éventuelles difficultés d’accès à l’interruption volontaire de grossesse, conséquences de la forte mobilisation du système hospitalier pendant cette période de pandémie, le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, et la ministre déléguée auprès du Premier ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Élisabeth Moreno, ont décidé de reconduire les mesures exceptionnelles adoptées lors du premier confinement.

En avril dernier, la Haute autorité de santé (HAS) avait donné son feu vert pour étendre de 7 à 9 semaines d'aménorrhée l’accès à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) médicamenteuse à domicile. Une mesure qui permettait d’assurer aux femmes une continuité de leur droit pendant l’épidémie de coronavirus.

Cette mesure est donc reconduite. Par ailleurs, l'ensemble des consultations nécessaires aux IVG médicamenteuses pourront être réalisées sous forme de téléconsultations, et ce si la femme le souhaite et si le praticien l’estime possible, selon le schéma suivant :

  1. Une téléconsultation d’information et de remise des ordonnances.

  2. Une consultation de prise du médicament qui arrête la grossesse (antiprogestérone) : en cas de téléconsultation, la femme pourra aller chercher le médicament en officine, en lien avec le médecin ou la sage-femme. Le deuxième médicament (prostaglandine) devant être pris 36h à 48h après le premier.

  3. Une téléconsultation

(...)

Lire la suite sur Topsante.com

Covid-19 : 1 patient sur 5 a des séquelles psychiatriques
DIRECT. Covid-19 en France ce 12 novembre : chiffres, cas, courbes
Qu'est ce que le bamlanivimab, ce cocktail d'anticorps autorisé par les Etats-Unis ?
Oui, on peut laver et réutiliser les masques jetables !
Porter un masque en faisant du sport n'affecterait pas les capacités respiratoires