IVG, corrida : LFI veut batailler à l’Assemblée malgré « l’obstruction »

Les députés LFI estiment que le droit à l'avortement pourrait être menacé en France (photo d'illustration).  - Credit:ARTHUR NICHOLAS ORCHARD / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Les députés LFI estiment que le droit à l'avortement pourrait être menacé en France (photo d'illustration). - Credit:ARTHUR NICHOLAS ORCHARD / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Secoués par une nouvelle réplique de l'affaire Quatennens, les Insoumis vont tenter de profiter jeudi de leur jour réservé à l'Assemblée pour imposer leurs thèmes, avec une chance de succès pour l'inscription du droit à l'IVG dans la Constitution. L'examen délicat de ce texte visant à protéger le droit à l'avortement de remises en cause, comme celles observées aux États-Unis ou ailleurs en Europe, ouvrira à 9 heures leur « niche parlementaire », cette journée offrant à un groupe minoritaire les clés de l'agenda de l'hémicycle.

Confrontés à des amendements par centaines de leurs adversaires politiques, les députés LFI ont renoncé à regret à deux autres textes, l'un demandant une commission d'enquête sur les « Uber Files » et l'autre une hausse du smic à 1 600 euros net, mesure pourtant emblématique. Ils figuraient aux deux premières places de la « niche », juste avant l'IVG et un autre texte, qui déchaîne les passions, pour une interdiction totale de la corrida et dont l'examen demeure incertain, car la séance s'achève à minuit. Sauf nouveau changement de l'ordre du jour, les propositions suivantes, pour la réintégration des personnels de santé non vaccinés ou encore la création d'une « allocation d'autonomie » pour les jeunes en formation, risquent de passer à la trappe.

« Obstruction antidémocratique »

La cheffe des députés LFI Mathilde Panot s'est indignée d'une « obstruction antidémocratique » de ses adversaires pour « empêcher tout débat » sur des sujets [...] Lire la suite