IVG : cinquante ans après les "343 salopes", une nouvelle tribune

Des artistes, des féministes, des politiques, 343 femmes de tous bords ont signé, dimanche 4 avril, cinquante ans après le manifeste des "343 salopes", une tribune demandant l'allongement de la période de recours à l'IVG. Aujourd'hui en France, le délai est de douze semaines. Un texte prévoit de le passer à quatorze, mais les reports d'adoption s'enchaînent, en raison des amendements venus de la droite. Une femme sur trois y aura recours dans sa vie Si depuis son adoption en France, le droit à l'avortement a beaucoup évolué. Encore aujourd'hui, de nombreuses femmes ont recours à l'avortement à l'étranger, une fois passé ce délai. Sur le territoire français des inégalités persistent. "Il y a encore 'déserts médicaux' où pour qu'une femme puisse se faire avorter c'est la galère" constate le docteur Philippe Faucher, gynécologue-obstétricien. Selon une estimation, au cours de sa vie, une femme sur trois aura recours à une interruption volontaire de grossesse.