Ivanka Trump en panique : “elle n’a pas envie de retourner vendre des chaussures de sa marque”

·1 min de lecture

Le clan Trump désabusé. Ce samedi 7 novembre, Ivanka Trump a certainement appris avec effroi que son père avait perdu l'élection présidentielle américaine face à Joe Biden. Privée donc d'un deuxième mandat en tant que première fille des États-Unis, l'aînée de Donald Trump doit se résigner à retrouver son quotidien de femme d'affaires, à la tête de sa propre marque de chaussures. Mais, selon les informations du JDD de ce dimanche 8 novembre, après la politique, sa vie d'antan n'a plus la même saveur. "Je ne crois pas qu'elle ait très envie de quitter le pouvoir pour retourner vendre des paires de chaussures de sa marque à travers le monde", assure ainsi un informateur. Comme son père, "elle se voit un destin politique."

Il faut dire que Ivanka Trump connaît bien le jeu du pouvoir, elle qui, pendant quatre ans, a endossé le rôle de conseillère principale de la Maison-Blanche, en dépit des critiques et attaques qui lui ont été réservées. Le quotidien de campagne présidentielle détient encore moins de secrets pour elle, puisqu'elle a suivi de près celle de l'ex-magnat de l'immobilier, enchaînant collectes de fonds et événements politiques afin d'amasser une somme colossale au nom de Donald Trump. Dans son livre titré Le Feu et la Fureur, paru en 2018, l'écrivain et journaliste Michael Wolff levait ainsi le voile sur les ambitions politiques de la femme de Jared Kushner. Selon lui, la principale concernée aurait même "conclu un accord sérieux" avec son époux pour se présenter à l'élection (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Flashback - Florence Foresti : ce cachet de 120000 euros qui a fait débat lors des César 2020
Alain Delon : sa fille Anouchka, son enfant préféré ?
Amies de Tiffany Trump et Sasha Obama... Qui sont les petites-filles de Joe Biden ?
Dave dans Mask Singer : en plein confinement, “c’est une offre qui ne pouvait pas se refuser”
Anne-Claire Coudray fait le bonheur des twittos en pensant son micro éteint : “il a fumé la moquette”