Ivanka Trump : l'itinéraire d'une ambitieuse sans complexe

·1 min de lecture

Première fille de Donald Trump, First daughter... et première femme à présider les Etats-Unis? Alors que son père aura terminé son mandat de 45e président des Etats-Unis dans le chaos, le parcours d'Ivanka Trump ressemble à une trajectoire brisant tous les plafonds de verre. Derrière sa blondeur et ses sourires très WASP, une farouche volonté d'exercer le pouvoir. Si l'aînée des filles de Donald Trump a goûté à la célébrité grâce à ses parents (sa mère n'est autre que l'excentrique Ivana Trump), une courte carrière de mannequin, une ligne de cosmétiques et l'émission de télé-réalité The Apprentice aux côtés de papa, elle a pris un virage étonnant, en 2016. La fille adorée du candidat Trump à la présidentielle est devenue son éminence grise.

Malgré deux frères aînés et le machisme décomplexé de Donald, Ivanka a su s'imposer au plus près de lui, quitte à ne pas ménager l'égo de sa belle-mère Melania. Sans réelle expérience politique, elle est même devenue la Haute conseillère de son père dans les domaines de l'économie et de l'entreprenariat. Une première marche vers le pouvoir qui sonne aussi comme une belle revanche, celle d'une petite fille marquée par le divorce de ses parents.

En 1991, Ivanka Trump n'a que 9 ans lorsqu'elle apprend le divorce de ses parents Donald et Ivana par la presse. L'homme d'affaires entretient une relation avec le mannequin Marla Maples. Dans la rue, les paparazzi ne lâchent pas la fillette. Qu'en dit-elle? Qu'en pense-t-elle? Elle découvre le revers (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"Une potentielle catastrophe" : pourquoi Meghan Markle et Harry restent dangereux pour Kate et William
Melania Trump tente de sauver sa réputation, un flot d'insultes s'en suit
VIDEO - "Une voix de slip"... Quand Xavier de Moulins rend jaloux Bertrand Chameroy
Les toilettes d'Ivanka Trump et Jared Kushner au coeur d'un feuilleton qui rebondit
VIDEO - "Très, très dérangeant" : chez Pascal Praud, le Pr. Peyromaure dénonce une vaccination "à marche forcée"