Ituri en RDC: les dignitaires de Kinshasa entament les négociations avec le groupe armé CODECO

·2 min de lecture

Germain Katanga, libéré au mois de mars après plus de dix ans aux mains de la CPI et Matthieu Ngudjolo Chui, acquitté en décembre 2012 par la CPI, ainsi que d’autres chefs miliciens délégués par Félix Tshisekedi en Ituri ont entamé cette semaine les négociations avec certains groupes qui se revendiquent de la milice CODECO dans le territoire de Djugu. L’objectif de la mission est d’obtenir la reddition de ces miliciens actifs depuis 2017 dans la région.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Patient Ligodi

Mercredi à Kambutso, localité située à environ 20 kilomètres de Bunia, chef-lieu de la province de l’Ituri. Après environ 5 heures de discussion, les représentants des miliciens de la CODECO Tazama, actifs dans cette zone, s’engagent à cesser les hostilités. Ils signent, à l’occasion, un accord en présence de Floribert Ndjabu, chef de la délégation envoyée par Félix Tshisekedi.

D’après les informations de RFI, ces miliciens exigent notamment qu’un programme de cantonnement soit rapidement établi, que les grades acquis par leurs combattants soient reconduits pour ceux qui voudront entrer dans l’armée. Ces miliciens veulent également qu’ils soient couverts par une mesure d’amnistie pour tous les faits qui se sont déroulés à Djugu depuis 2017.

À la première rencontre, deux jours plus tôt, ils étaient catégoriques. « Si nos revendications ne sont pas prises en compte, le feu va reprendre ici », avait dit, sous les acclamations de ses camarades, le porte-parole de ce groupe.

Pour mener à bien les négociations, les envoyés spéciaux de Félix Tshisekedi demandent à l’armée de ne pas attaquer les positions CODECO en cette période afin de donner une chance au dialogue. L’armée n’a pas encore répondu.

Cette mission de sensibilisation et de négociation est davantage compliquée par la nature éclatée de l’organisation des assaillants armés de Djugu. Ces miliciens se réclamant de la CODECO n’ont pas un commandement clairement identifié.