Italie: des soupçons d'ingérence russe derrière la chute du gouvernement Draghi

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les Russes seraient-ils derrière la chute du gouvernement italien ? C’est ce que sous-entend le quotidien italien La Stampa. Le journal révèle des contacts secrets entre le parti du leader d’extrême-droite Matteo Salvini et des représentants de la Russie. Des échanges dans le but d’interférer dans la crise politique italienne.

Avec notre correspondante à Rome, Blandine Hugonnet

Un dialogue, au mois de mai dernier, a éveillé les soupçons. Un contact entre un proche de Matteo Salvini et un important diplomate de l’ambassade russe à Rome.

Au cours de cette rencontre discrète, le représentant de Moscou aurait posé cette question à l’émissaire de la Ligue d’extrême-droite : vos ministres sont-ils prêts à se retirer du gouvernement ?

Autant dire qu’il s’agit d’une demande à faire tomber l’exécutif, clarifie La Stampa qui dévoile l’affaire. L’ombre russe plane sur la crise du gouvernement italien, écrit sans détours le journal italien.

Le quotidien s’est appuyé sur des documents des services de renseignement, qui affirment que cette opération révèle l’intérêt de la Russie à déstabiliser l'équilibre du pouvoir italien.

►À écouter : Démission de Mario Draghi: «Il y a une crainte d'un effet domino en Europe»

Les Russes ont-ils été jusqu’à dicter les décisions des ministres de la Ligue ? « Nous ne le savons pas », confesse La Stampa.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles