Italie: Salvini de retour devant la justice?

En Italie, la politique migratoire de Matteo Salvini pourrait le renvoyer une deuxième fois devant la justice. Une commission du Sénat doit statuer ce jeudi sur une demande de renvoi en justice. En cause, la décision de l'ancien ministre de l'Intérieur de bloquer les ports pour empêcher tout débarquement de migrants recueillis en Méditerranée par des ONG. Le leader de la Ligue, parti d'extrême droite, a déjà perdu son immunité parlementaire en janvier.

Nous sommes en août 2019, au large de l'île de Lampedusa. Pendant trois semaines, une centaine de migrants sont bloqués à bord de l'Open Arms, un bateau humanitaire affrété par l'ONG éponyme. Impossible de débarquer, conformément à un décret que Matteo Salvini, alors ministre de l'Intérieur, vient de faire adopter.

Oscar Camps, le fondateur d'Open Arms, saisit la justice. « À ce moment-là, dit-il, nous avons contesté le décret de Salvini devant la justice, car nous considérions qu'il était absolument immoral, injuste et contraire au droit maritime. Et nous avons gagné! Aujourd'hui, nous accusons Matteo Salvini d'abus de pouvoir, de séquestration de personnes et diffamation. Nous avons bon espoir que justice se fera. Car ce qui s'est passé durant ces 20 jours au mois d'août fut complètement inhumain, sauvage, et cela aurait pu coûter des vies humaines. »

→ À écouter : Open Arms: pour Oscar Camps, il faut «continuer les sauvetages en Méditerranée»

De son côté, Matteo Salvini se dit victime d’un procès politique. « Je revendiquerai avec orgueil avoir défendu ma patrie », a-t-il déclaré. S'il comparaît devant le tribunal spécial de Catane, Matteo Salvini devra probablement attendre des années pour être fixé sur son sort en raison des recours possibles. En cas de condamnation définitive, le patron de la Ligue risque jusqu’à 15 ans de prison et une peine d’inéligibilité de six à huit ans.