Italie: de riches mafieux touchaient le revenu de citoyenneté réservé aux plus pauvres

Dans le sud de l'Italie, plus d’une centaine de mafieux, membres de la Ndranghetta, ont touché 516 000 euros au titre du revenu de citoyenneté. Une centaine de boss de la redoutable mafia calabraise devront rembourser cette allocation instaurée il y a un an pour aider la population défavorisée, annonce la police de Reggio de Calabre.

De notre correspondante à Rome,

Bon nombre de ces profiteurs du système sont des personnages très connus, riches, propriétaires de villas et de voitures de luxe, appartenant à tous les clans de la région. Comme par exemple Alessandro Pannunzi, le fils du « Pablo Escobar italien », capable d’importer en Italie jusqu’à deux tonnes de cocaïne par mois.

Arrêté en 2018, Alessandro Pannunzi s’est évadé. On le trouve quand même sur la liste des 101 boss et colonels mafieux auquel l’administration verse chaque mois un revenu de citoyenneté de près de 800 euros.

Ce n’est pas le premier coup de filet de ce genre. Il y a quelque mois dans une autre opération, la Guardia di Finanza avait déjà identifié 230 membres de la mafia calabraise parmi les bénéficaires des largesses de l’État.

Pour tomber sur du gros poisson, elle a confronté la liste des individus de la région interdits de vote suite à une condamnation pénale avec les noms des allocataires du revenu de citoyenneté.

Car pour en bénéficier il suffit de n’avoir pas ou peu de revenus et de certifier sur l’honneur que l’on a pas été condamné par la justice. En remplissant leurs demandes, les mafieux pris ont eu des trous de mémoire. Et ça a marché. Dans certains cas les enquêteurs soupçonnent toutefois qu’il y a bien eu complicité de certains fonctionnaires de l’administration. L’enquête continue.

À lire aussi : Coronavirus: en Italie, la mafia en profite pour venir en aide aux plus démunis