Italie. Les producteurs de parmesan veulent “planquer” leurs fromages

La Repubblica (Rome)
1 / 2

Italie. Les producteurs de parmesan veulent “planquer” leurs fromages

Ces derniers mois, le prix de ce produit phare de la gastronomie transalpine a sévèrement chuté. Pour endiguer les pertes, les producteurs envisagent de retirer du marché 320 000 fromages.

“Un malheur ne vient jamais seul”, dit le proverbe. C’est ce qu’ont dû penser les producteurs de parmesan italiens, qui, durant ces derniers mois, ont été confrontés à des problèmes en série. “Jusqu’à l’été 2019, tout allait pour le mieux, raconte La Repubblica. Les fromageries de l’Émilie-Romagne [la région de production du parmesan] travaillaient à plein régime, et les prix étaient très élevés. Les meules affinées douze mois étaient achetées par les grossistes au prix de 10,95 € le kilo mais, avec l’arrivée de l’automne, la ‘tempête parfaite’ s’est déchaînée. D’abord, la Maison-Blanche a imposé des droits de douane de 40 % sur les fromages de l’Union européenne, ensuite le coronavirus est arrivé. Au début, la filière a bien résisté et a continué à produire, mais la fermeture des restaurants et la crainte d’une récession ont fait chuter les prix.”

Une technique “de la congélation”

Aujourd’hui, indique le journal romain, la roue de parmesan s’achète 7,45 € le kilo. “C’est beaucoup moins que ce qu’on paie pour le produire”, s’indigne Antonio Ferdenzi, un producteur de la région.

Afin de stopper l’hémorragie, les acteurs de la filière ont donc imaginé une solution drastique. Celle-ci, détaille La Repubblica, “prévoit de retirer du marché 320 000 meules de parmesan, qui seront ensuite progressivement remises en commerce lorsque les conditions seront plus favorables”. En diminuant l’offre, les producteurs espèrent que les prix repartiront à la hausse. Une technique “de la congélation”, avance le journal romain.

Un chiffre d’affaires de 2,6 milliards d’euros

Durant toute l’année 2019, 3,75 

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :