Après la démission de Mario Draghi, le président italien dissout le Parlement

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Sergio Mattarella a annoncé ce jeudi la dissolution du Sénat et de la Chambre des députés après la démission du président du Conseil Mario Draghi, provoquant des élections anticipées qui se tiendront le 25 septembre prochain.

« La situation politique a conduit à cette décision », a déclaré Sergio Mattarella lors d'une allocution télévisée, en référence à la démission du Premier ministre Mario Draghi après la défection jeudi de trois partis importants de sa coalition lors d'un vote de confiance au Sénat.

« La discussion, le vote et les modalités dans lesquelles ce vote a été exprimé hier au Sénat » ont démontré l'absence de « soutien parlementaire au gouvernement et l'absence de perspectives pour donner naissance à une nouvelle majorité », a expliqué le président italien. « Cette condition a rendu inévitable la dissolution anticipée du Parlement », qui « est toujours la dernière option », a-t-il ajouté.

D'après la télévision italienne RAI, les prochaines élections anticipées auront lieu le 25 septembre prochain. L'archi-favori du scrutin à venir est la coalition dite « de centre-droit », qui réunit Forza Italia, le parti de droite de Silvio Berlusconi, et l'extrême droite représentée par la Ligue du tribun populiste antimigrants Matteo Salvini et Fratelli d'Italia.

(Et avec AFP)


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles