Italie: Le PD soutient le ministre de l'Economie, déclarent des sources

par Giuseppe Fonte et Giselda Vagnoni
·2 min de lecture
ITALIE: LE PD SOUTIENT LE MINISTRE DE L'ECONOMIE, LE PRÉSIDENT PLAIDE POUR LA CONTINUITÉ, DECLARENT DES SOURCES

par Giuseppe Fonte et Giselda Vagnoni

ROME (Reuters) - Le Parti démocrate (PD), composante de la coalition au pouvoir en Italie, a exclu lundi que l'actuel ministre de l'Economie, Roberto Gualtieri, ne soit pas reconduit dans le nouveau gouvernement dont la formation pourrait résoudre la crise actuelle, ont déclaré lundi des sources politiques.

Le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, a démissionné la semaine dernière de sa fonction de président du Conseil dans l'espoir de former une nouvelle coalition et de reconstituer une majorité parlementaire après la défection du petit parti centriste de Matteo Renzi, Italia Viva.

D'après des sources politiques, Italia Viva ne souhaite pas voir Roberto Gualtieri reconduit à la tête du ministère de l'Economie.

Le parti de Matteo Renzi, qui s'est retiré du gouvernement de coalition en raison notamment d'un différend sur la gestion de la crise du coronavirus et de ses effets sur l'économie, discute avec l'équipe sortante pour tenter de renouer une alliance.

Même si Matteo Renzi s'est gardé lui-même de s'en prendre publiquement à Roberto Gualtieri, des sources ont indiqué que sa formation désapprouvait son action ainsi que celle du ministre de la Justice, Alfonso Bonafede, membre du Mouvement 5 Etoiles (M5S), une autre composante de la coalition gouvernementale.

Mais plusieurs sources, au sein du PD comme en dehors, ont déclaré que le parti n'accepterait pas que Roberto Gualtieri soit sacrifié.

Par ailleurs, une personne qui s'est entretenue avec le président de la République, Sergio Mattarella, a rapporté que ce dernier souhaitait la "continuité" dans l'attribution des principaux portefeuilles ministériels, notamment ceux de la Santé, de l'Economie et de la Défense.

Cette source a ajouté que la continuité pouvait être assurée par une autre personnalité à la condition que des poids lourds politiques restent membres du gouvernement.

Le président de la Chambre des députés, Roberto Fico, issu du Mouvement 5 Etoiles, a été chargé par Sergio Mattarella des discussions entre les partis de la coalition et doit faire le point avec le président mardi.

La semaine dernière, Matteo Renzi a déclaré qu'en l'absence de compromis, il soutiendrait la formation d'un gouvernement de technocrates susceptibles de rassembler une majorité au Parlement.

Une source au sein d'Italia Viva a déclaré dimanche à Reuters que le mouvement aimerait que l'ex-président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi devienne président du Conseil.

(Avec Angelo Amante et Crispian Balmer; version française Claude Chendjou et Marc Angrand, édité par Blandine Hénault)