Italie: la nostalgie du clan Mussolini fait encore tomber des têtes politiques

·1 min de lecture

Après trois semaines de polémiques enflammées, le secrétaire d'État à l'Économie et membre de la Ligue d'extrême droite, Claudio Durigon, qui voulait donner le nom d'un des frères et lieutenant de Benito Mussolini au parc municipal d'une ville de la région de Rome, vient de jeter l'éponge.

Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

Enfin un geste de bon sens. Le grassouillet Claudio Durigon, un fidèle de la Ligue de Matteo Salvini, a reconnu son erreur et démissionné de son poste de secrétaire d'État.

Député de la circonscription de Latina, ville située dans une zone marécageuse, bonifiée sous l'ère fasciste entre 1926 et 1937, il voulait débaptiser le parc dédié aux juges Giovanni Falcone et Paolo Borsellino assassinés par la mafia en 1992. Et lui donner, en échange, le nom d'Arnaldo Mussolini, l’un des frères et lieutenants du Duce.

Son initiative a suscité des réactions très vives, tant du côté de la gauche que de la droite modérée. Le célèbre quotidien Il Fatto Quotidiano a même lancé une pétition pour qu'il quitte le gouvernement.

Aujourd'hui, ce grand ami de Salvini affirme qu'il n'est pas fasciste. Mais son geste visait clairement à caresser dans le sens du poil une partie de la province de Latina nostalgique du fascisme.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles