Italie: La majorité gouvernementale menacée par le parti de Renzi

par Crispian Balmer
·2 min de lecture
ITALIE: LA MAJORITÉ GOUVERNEMENTALE MENACÉE PAR LE PARTI DE RENZI

par Crispian Balmer

ROME (Reuters) - Le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, réunit son gouvernement ce mardi pour tenter d'éviter la défection de l'un des partenaires de sa coalition, qui pourrait plonger le pays dans une nouvelle crise politique en pleine pandémie.

Italia Viva, le parti dirigé par son prédécesseur Matteo Renzi, menace de retirer son soutien au gouvernement, au sein duquel il détient deux portefeuilles, pour différents motifs, parmi lesquels la remise en cause des projets de Giuseppe Conte en matière d'allocation des milliards d'euros promis à Rome par le plan de relance de l'Union européenne.

Un conseil des ministres est prévu à 21h30 (20h30 GMT) et si Italia Viva confirme son opposition, Giuseppe Conte perdra sa majorité au Parlement.

Les négociations menées ces derniers jours n'ont pas permis de trouver un terrain d'entente et les chefs des principaux partis de la majorité ont mis en garde Matteo Renzi contre les risques d'une rupture définitive.

"Je crois que ce serait une erreur politique grave qui pénaliserait l'Italie et que les Italiens ne comprendraient pas", a déclaré Nicola Zingaretti, secrétaire national du Parti démocrate (PD), à la chaîne de télévision Sky Italia.

Les partis de la coalition pourraient tenter de négocier un nouvel accord qui conduirait sans doute à un important remaniement gouvernemental, avec ou sans Giuseppe Conte à sa tête. Mais Vito Crimi, le chef de file du Mouvement 5 Etoiles (M5S), le principal parti de la majorité, a écarté cette hypothèse.

"Si Renzi se rend coupable en retirant ses ministres, il ne pourra pas y avoir un autre gouvernement avec lui et avec Italia Viva. Il y a des limites à tout", a dit Vito Crimi à l'agence de presse ANSA.

Une source de l'entourage de Giuseppe Conte a confirmé que le président du Conseil ne souhaitait pas tenter de conclure un nouvel accord de coalition si les ministres d'Italia Viva quittaient le gouvernement.

Nicola Zingaretti a averti que la situation pourrait rapidement dégénérer et conduire à des élections législatives anticipées, alors que les sondages promettent la victoire à la droite emmenée par la Ligue de Matteo Salvini.

Pour éviter une telle issue, le président de la République, Sergio Mattarella, pourrait tenter de favoriser la formation d'un gouvernement d'union nationale chargé notamment de gérer la crise sanitaire, qui a déjà fait près de 80.000 morts dans le pays.

(Avec Giuseppe Fonte et Francesca Piscioneri, version française Marc Angrand)