Italie: l'extrême droite étale ses divergences à trois semaines des élections législatives

En Italie, à trois semaines des élections législatives anticipées, la campagne électorale est entrée dans le vif du sujet. Tous les sondages l’indiquent, la coalition des droites peut l’emporter haut la main sur le centre gauche. Mais les divergences de fond qui séparent ses dirigeants font planer le doute sur sa capacité à gouverner le pays au lendemain du scrutin.

Avec notre correspondante à Rome, Anne Treca

Des divergences particulièrement marquées entre les deux partis d’extrême droite, Fratelli d’Italia de Giorgia Meloni et la Ligue de Matteo Salvini. Ils sont nationalistes, souverainistes, hostiles à l’immigration et notoirement eurosceptiques. Ils font partie de la même coalition des droites, avec le petit parti centriste de Berlusconi. Mais dans cette campagne électorale, les deux leaders politiques accumulent les contradictions.

Meloni est atlantiste, favorable à l’envoi d’armes à l’Ukraine et ne veut pas remettre en question les sanctions européennes contre la Russie. Salvini a été un fan de Poutine et il juge inopérantes ces sanctions qu’il accuse d’être responsable de l’appauvrissement des entreprises et des citoyens italiens. Il conteste aussi les envois d’armes aux Ukrainiens.

S’ils gagnent ces élections, on voit mal comment ils gouverneront ensemble.


Lire la suite sur RFI