Italie: le gouvernement de Giorgia Meloni en guerre contre les rave parties

© Roberto Monaldo / AP

Les rave parties sont désormais interdites en Italie. Un décret du gouvernement de Giorgia Meloni interdit les rassemblements festifs non autorisés de plus de 50 personnes dans des terrains et des bâtiments publics ou privés et prévoit des sanctions allant jusqu’à six ans de prison pour les organisateurs. Une menace sur toute manifestation spontanée pour l’opposition qui dénonce un État policier.

Avec notre correspondante à Rome, Anne Tréca

Les 3 000 fêtards de Modène, en Italie du Nord, ont été les premiers à faire les frais de la réforme du Code pénal, adoptée lundi 31 octobre par le nouveau gouvernement de droite dirigée par Giorgia Meloni. Réunis dans un hangar désaffecté depuis samedi 29 octobre pour trois jours de musique techno, de danse, d’alcool et de drogue en liberté, ils ont été évacués lundi 31 octobre dans le calme.

La police a interpellé 14 organisateurs et saisi le matériel de sonorisation de l’événement, pour une valeur de 150 000 €. Pour justifier l’opération, le ministre de l’Intérieur, Matteo Piantedosi, précise que le hangar de la fête risquait de s’écrouler. Or, le nouveau décret interdit les rassemblements illégaux s’ils menacent la santé ou l’ordre public. Il y a eu ces dernières années plusieurs incidents en Italie, où l’on venait de toute l’Europe pour des rave-parties largement tolérées jusqu’à maintenant.

Crainte de l'opposition

►À écouter aussi : Accents d'Europe - Le spectre du fascisme hante l'Italie


Lire la suite sur RFI