Italie : comment la gauche tente de rebondir après la chute de Mario Draghi

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Handout / Quirinale Press Office / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Depuis la démission de Mario Draghi le 21 juillet, l’Italie est en proie à une crise politique. Si la gauche souhaite reprendre l’agenda de l’ex-président du Conseil des ministres, la réalité est tout autre.

Pourquoi Mario Draghi a démissionné le 21 juillet 2022?

A la tête de l’exécutif italien depuis février 2021, le Premier ministre italien a démissionné le 21 juillet 2022 après une abstention lors d’un vote de confiance au Sénat de la Ligue, du Mouvement 5 Etoile (M5S) et de Forza Italia. La coalition qu’il avait réussi à créer au Parlement lors de son arrivée a volé en éclats. Les partis politiques de droite s’étant abstenus se disputent désormais la campagne des législatives avec ceux de gauche. Une semaine avant, au Parlement, le M5S présidé par Giuseppe Conte, l’ancien président du conseil des ministres, s’était abstenu lors du vote de confiance, pourtant remporté par Mario Draghi, déclenchant la crise politique. Voyant alors une opportunité d'élections anticipées, les partis Forza Italia et la Ligue se sont aussi abstenus avec le M5S lors du vote de confiance au Sénat.

Quelle conséquence sur le pays et sur l’Europe?

Ce désaveu de trois partis de sa coalition replonge à nouveau l’Italie dans une crise politique. Habitué à une instabilité politique depuis de nombreuses années, Mario Draghi avait pourtant réussi à stabiliser le paysage politique en créant une coalition avec tous les partis, sauf un : Fratelli d’Italia. Sa démission tombe au moment où un plan de relance européen de 191 milliards d’euros est alloué à l’Italie. Aucun autre pays n’a reçu autant. Il reste au pays encore 75% de cette aide à toucher d’ici à 2026. Très endetté, le pays n’obtiendra cette somme qu’à condition d’avoir un gouvernement stable, et qui peut entreprendre de nombreuses réformes exigées en contrepartie, comme celle de la Justice, une des plus lentes et inefficaces d’Europe.

Un héritage récupéré par les partis de gauche?

Alors que 72%(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles