Italie : face aux bateaux de migrants, le pays n’autorise le débarquement qu’aux enfants et aux malades

© Severine Kpoti/AP/SIPA

Une des promesses de Giorgia Meloni , lorsqu’elle a prêté serment le mois dernier en devenant ainsi la première femme à diriger l’Italie, a été de sévir contre les migrants arrivant en bateau d’Afrique du Nord. Aussitôt promis, aussitôt réalisé. Ce dimanche 6 novembre, le gouvernement d’extrême droite italien n’a autorisé le débarquement que de mineurs et d'autres migrants souffrant de problèmes médicaux, du navire de l’association SOS Humanity, mais a refusé de laisser débarquer 35 hommes adultes, a annoncé l’ONG dans un communiqué relayé par l’AFP.

Lire aussi - Italie : pourquoi Giorgia Meloni présente une « double face », entre garanties vis-à-vis de l’UE et idéologie

Tout ceci grâce à un décret approuvé vendredi 5 novembre par le gouvernement de Giorgia Meloni, qui prévoit seulement une prise en charge des mineurs, des femmes et des personnes malades, après un contrôle sanitaire. Les autres migrants devront retourner dans les eaux internationales. Un décret jugé « illégal » par l’ONG allemande qui rappelle que les lois internationales obligent l’Italie à « laisser tous les survivants débarquer immédiatement ». Trois mineures et un bébé ont été les premiers à débarquer à l'aube du bateau Humanité 1, suivis des garçons mineurs et des hommes adultes ayant des problèmes médicaux, a déclaré à l'AFP Petra Krischok, attachée de presse de SOS Humanité.


Lire la suite sur LeJDD