Italie: Les ex-propriétaires de l'aciérie Ilva lourdement condamnés pour pollution

·2 min de lecture
ITALIE: LES EX-PROPRIÉTAIRES DE L'ACIÉRIE ILVA LOURDEMENT CONDAMNÉS POUR POLLUTION

par Crispian Balmer

ROME (Reuters) - Après cinq ans de procès, un tribunal de Tarente a condamné lundi Fabio et Nicola Riva, les anciens propriétaires de l'aciérie Ilva dans le sud de l'Italie, à respectivement 22 et 20 ans de prison pour avoir laissé une pollution dangereuse émaner de l'usine pendant plus de cinquante ans.

Le tribunal a également condamné l'ancien président de la région des Pouilles, Nichi Vendola, à une peine de trois ans et demi d'emprisonnement.

Ces sanctions ne seront définitives qu'une fois les procédures d'appels épuisées.

Autrefois le plus grand producteur d'acier d'Europe, l'aciérie émettait des dioxines cancérigènes et des particules de poussières minérales qui auraient été à l'origine d'une flambée de cancers à Tarente.

La justice est intervenue en 2012, ordonnant la fermeture de l'usine en l'absence de dépollution du site.

L'aciérie est contrôlée par l'Etat depuis 2015 et a été vendue à ArcelorMittal en 2018. Cet accord de vente est en cours de renégociation, l'État étant désormais susceptible de devenir l'actionnaire principal tant que les préoccupations environnementales demeurent.

Les frères Riva ont nié toute culpabilité. Selon leur avocat Luca Perrone, "la famille Riva a constamment investi d'importants capitaux dans Ilva afin d'améliorer les usines et d'opérer dans le respect des normes environnementales".

Nichi Vendola a quant à lui publié une déclaration dans laquelle il nie toute responsabilité et déclare qu'il fera appel.

"C'est comme vivre dans un monde à l'envers, où ceux qui ont travaillé pour le bien de Tarente sont condamnés sans l'ombre d'une preuve", a-t-il dit.

Le maire de la ville, Rinaldo Melucci, a salué la décision, affirmant que depuis des années, Tarente endurait un "massacre" sur l'autel du profit.

Un rapport de 2016 publié par les autorités sanitaires régionales a montré que la probabilité pour les employés du site de développer un cancer de l'estomac augmentait de 41% et de développer un cancer de la plèvre de 72%.

(Version française Lucinda Langlands-Perry, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles