Italie : entre habitude et superstition, la vie des habitants sur le flanc de l'Etna

·1 min de lecture

"J'étais chez moi, j'ai entendu qu'il pleuvait mais rien n’était mouillé. Alors j’ai regardé par la fenêtre et là j’ai vu cet immense nuage rougeâtre qui sortait du volcan et se déversait sur la ville." Rosario Rizza habite le nord de Catane, petite ville italienne de Sicile située au pied de l'Etna. Mardi dernier, le volcan le plus actif du 20e siècle, et le plus haut d'Europe avec 3.324 mètres d'altitude, s'est une nouvelle fois réveillé dans une éruption spectaculaire au danger limité. "Pendant une petite heure, il a continué à pleuvoir des pierres, des petites, des grosses, des cendres…"

Des pierres projetées à "7 kilomètres de haut"

En plus des cendres, la partie de Catane située un peu plus en altitude a elle vu tomber des pierres de matière volcanique, qui ont eu le temps de refroidir dans les airs. "Ce nuage de gaz a projeté du matériel volcanique et des pierres ponces jusqu’à 6-7 kilomètres de haut", témoigne au micro d'Europe 1 Franco Emmi, un habitant. "J'en ai récupéré trois de trois-quatre centimètres qui sont tombés sous mes yeux, c’est déjà assez gros. Et dans les villages les plus proches, à 2.000 mètres d’altitude, ça a fait retomber un manteau de cendres de...


Lire la suite sur Europe1