Italie : un chat atteint d'un virus extrêmement rare suscite l'inquiétude

Par LePoint.fr
Le 12 juin dernier, une famille d'Arezzo, en Italie, a retrouvé son chat malade. (Illustration)

VIDÉO. Le félin a contracté un type de Lyssavirus. De quoi mobiliser jusqu'au sommet de l'État italien, rapporte « Courrier international ».


Après avoir payé un lourd tribut à l'épidémie de coronavirus, l'Europe surveille tout éventuel regain de la maladie. Alors, quand un virus rarissime apparaît au fin fond de l'Italie chez l'un des animaux les plus répandus du Vieux Continent, la panique devient rapidement palpable. C'est l'histoire que raconte Courrier international après qu'un chat a contracté un Lyssavirus proche de celui qui provoque la rage.

Tout commence mi-juin lorsque le petit félin domestique tombe malade à Arezzo, en Toscane, selon La Repubblica. « Le 12 juin, la famille propriétaire de l'animal, une chatte de deux ans, est rentrée chez elle après deux jours hors d'Arezzo. Le félin était devenu très agressif et il a mordu trois membres de la famille. Il a été alors amené chez un vétérinaire qui, lui aussi, a été agressé », explique le journal italien. L'animal est envoyé vers une structure spécialisée dans les problèmes neurologiques, où il décède. L'analyse de son cerveau permet finalement de révéler la maladie dont il atteint, un type de Lyssavirus extrêmement rare. « Il n'a été identifié qu'une seule fois dans l'histoire, chez une chauve-souris du Caucase, en 2002 », précise Il Fatto Quotidiano.

Lire aussi La tique, cet acarien qui sème la panique

Le ministère de la Santé se mobilise

Treize personnes sont alors soumises à un traitement préventif, et le maire d'Arezzo ne souhaite prendre aucun risque : les autres animaux de la famille sont « séquestrés » poursuit le journal italien, et les chiens de la commune ne peuvent plus circuler qu'en laisse. Les riverains sont même appelés à signaler aux autorités tout « changement de comportement soudain » de leur compagnon à quatre pattes. Au sommet de l'État, l'affaire inquiète aussi. « Le ministère de la Santé a constitué un groupe (...)

Lire la suite sur LePoint.fr

Michel Richard – Lettre au pangolin
Coronavirus : le lama, arme secrète contre la pandémie ?
Covid-19 : Agnès Buzyn se défend et sort les griffes
Coronavirus : Agnès Buzyn défend sa gestion de la crise
Recevez la newsletter Le Point.fr