Italie, Allemagne, Afrique du Sud, Russie : quelle est l'ampleur du phénomène des violences entre bandes de jeunes ?

franceinfo
·1 min de lecture

Ces derniers mois, les affrontements entre bandes ont nettement augmenté en France, avec des faits divers impressionnants. Les violences sont souvent entre mineurs, et en particulier en Île-de-France. Rien qu'en région parisienne, on dénombre 357 phénomènes de bandes en 2020. Existent-elles ailleurs dans le monde et en particulier entre mineurs? Cette semaine, nous vous emmenons à Rome, à Berlin, à Moscou et à Johannesburg.

Le phénomène italien des "baby gangs"

La France n'est pas le seul pays européen touché par les guerres entre bandes de mineurs. C'est le cas aussi au Royaume-Uni et en Italie, où le phénomène porte d'ailleurs un nom pas très italien : les "baby gangs". Bologne, Rome, Palerme, Milan, Venise même, le phénomène des baby gangs est présent un peu partout en Italie, selon les chiffres de l'Observatoire national de l'adolescence. De 6% à 7% des moins de 18 ans ont déjà vécu une expérience de criminalité collective. Un mineur sur quinze a donc agi une fois dans sa vie en bande organisée pour commettre un délit ou un crime.

Il peut s'agir d'intimidation, mais aussi d'extorsion ou même de fusillades. Bologne, par exemple, est en tête des villes où le nombre d'adolescents à surveiller est le plus important. Trois fois plus qu'à Naples, mais c'est incomparable au niveau de la violence. Naples est la ville européenne qui compte le plus grand nombre de crimes avec armes à feu et mort violente. Dans la ville du sud, les "baby gangs" sont souvent liés à la Camorra, la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi