Italie: Algorithme, quarantaine et droits TV, la course d'obstacles de la Serie A

Stanislas TOUCHOT
1 / 3
Le president de la fédération italienne de football (FIGC), Gabriele Gravina, le 22 Octobre 2018 à Rome

Rome (AFP) - Impensable en avril quand l'Italie comptait quotidiennement les morts par centaines, la reprise de la Serie A aura pourtant bien lieu samedi. Sur sa route, le football italien a trouvé de nombreux obstacles, franchis au prix de contorsions juridiques, politiques et même mathématiques.

- Calculs savants -

Le championnat reprend. Mais s'il devait s'arrêter ? En cas d'interruption provisoire due à un ou plusieurs cas de Covid, le plan B prévoit des play-offs, dont le format reste à définir.

Mais un arrêt définitif ouvrirait la voie à l'algorithme imaginé par la fédération pour établir le classement final.

Qui serait qualifié pour la Ligue des Champions ou la Ligue Europa ? Qui irait en Serie B ? Très simple: PF = PT " (MPc x NPc) " (MPt x NPt).

Cette formule signifie en fait que le total de points sera calculé en prenant en compte ceux obtenus au moment de l'interruption, plus une simulation basée sur les moyennes de points pris à domicile et à l'extérieur multipliées par le nombre de matches encore à jouer à la maison et en déplacement.

Il a même un temps été envisagé de tenir compte du nombre de buts inscrits à domicile et à l'extérieur, pour une formule plus intimidante encore: PF = PT " 0,90 x [(MPc x NPc ) " (MPt x NPt)] + 0,10 x (iag x Δr).

De quoi donner mal à la tête au président de la fédération Gabriele Gravina. "C'est une folie. On est à la Normale de Pise", a-t-il soupiré, en référence à la grande école toscane qui a donné à l'Italie trois Prix Nobel, deux Présidents de la République et une médaille Fields.

Ces calculs barbares auraient pourtant probablement peu d'effet. A l'heure actuelle, ils feraient simplement perdre deux places et toute chance de qualification européenne à l'AC Milan (7e à 9e).

- Protocole allégé -

Pour la fédération et la Ligue, le noeud le plus difficile à défaire - il ne l'est d'ailleurs pas tout à fait - a été celui de la quarantaine en cas de test positif au coronavirus.

La situation sanitaire s'est considérablement améliorée ces dernières semaines et les dirigeants du football italien ont réclamé un assouplissement du protocole, qui prévoit une quarantaine de 14 jours pour l'ensemble de l'équipe et du staff dès le premier contrôle positif.

Mardi, la fédération pensait avoir gagné ce dernier combat quand le Comité technique et scientifique, qui conseille le gouvernement dans la lutte contre le Covid-19, a donné son accord à une quarantaine allégée: seule la personne positive reste à l'isolement, alors que le reste du groupe est soumis à des tests rapprochés pour contrôler le risque de contagion.

Mais dans la foulée, le ministre Vincenzo Spadafora, qualifié par le quotidien Corriere dello Sport de "ministre des Sports et des Complications", a douché l'enthousiasme en expliquant qu'il fallait que cet accord soit intégré dans un nouveau décret ou que celui en vigueur soit modifié.

"Je ne pense pas que ce soit faisable avant le 20", date de la reprise du championnat, a-t-il dit. "Je suis convaincu que ça sera assez rapide", a répliqué Gravina.

- En clair et au frais -

Les juristes de la fédération ont dû se pencher sur d'autres dossiers sensibles. Celui de la prolongation des contrats des joueurs au-delà du 30 juin reste ouvert mais celui des droits TV semble en voie de règlement.

Longtemps sceptique quant à une reprise du championnat, le ministre Spadafora avait demandé qu'au moins, comme en Allemagne, certains matches soient diffusés en clair.

Le championnat étant normalement retransmis par des chaînes payantes (Sky et Dazn), il a fallu négocier. Au bout du compte, deux des quatre matches en retard de la 25e journée programmés ce week-end devraient être visibles en clair. "Ce sera une exception", a prévenu la Ligue.

Enfin, les instances ont dû batailler sur la question des horaires et ont finalement donné satisfaction au syndicat des joueurs, qui s'alarmait des températures de l'été italien.

L'immense majorité des matches se joueront donc en soirée (19h30/17h30 GMT ou 21h45/19h45). "Les horaires sont bien, il fera un peu plus frais. Ça n'est pas un problème", a assuré à l'AFP Patrick Cutrone, avant-centre de la Fiorentina.